5 minutes de lecture

Woodlight, l’entreprise qui révolutionne l’éclairage public grâce à ses plantes bioluminescentes

Publié le

Plantes bioluminescentes : Woodlight réinvente l'éclairage public

Crédit image : L’Est Républicain

Woodlight est une entreprise française de la French Tech qui a été fondée en 2016 par Rose-Marie et Ghislain Auclair. Basée à Strasbourg, elle développe un procédé unique pour rendre des plantes bioluminescentes, dans le but de venir compléter l’éclairage public avec une solution naturelle et non polluante.

La bioluminescence : un procédé naturel pour réinventer l’éclairage public

La transition énergétique est l’un des enjeux les plus importants de notre société. À l’heure actuelle dans le monde, 41 % des émissions de CO2 proviennent de la production d’énergie. Selon une étude de l’ADEME en 2019, l’éclairage public représenterait environ 37 % de la consommation d’électricité des collectivités territoriales françaises et 18 % de leurs émissions de CO2.

Pour réduire cette consommation et la part d’énergies fossiles de celle-ci, les innovations sont nombreuses. Parmi les solutions proposées, Woodlight est une entreprise française basée à Strasbourg qui a été fondée en 2016 par Rose-Marie et Ghislain Auclair, respectivement docteurs en biologie cellulaire et en génétique.

En se basant sur le procédé de la bioluminescence, la start-up souhaite rendre les villes plus vertes et vise à répondre aux différents problèmes de pollution, de manque d’espaces verts ou de surconsommation d’énergie.

Qu’est-ce que la bioluminescence ?

La bioluminescence est un phénomène naturel qu’il est possible de retrouver auprès de certaines espèces animales comme le ver luisant. Il s’agit en réalité d’une combinaison de deux molécules : la luciférase et la luciférine. Lorsque ces deux entités se rencontrent, elles génèrent des protons, en d’autres termes, de la lumière.

En utilisant ces deux molécules et en les injectant dans des plantes, Woodlight réussit donc le tour de force de créer des plantes bioluminescentes, c’est-à-dire qui créent leur propre lumière naturellement.

Ce processus, considéré comme OGM (Organisme Génétiquement Modifié), est sans danger pour la plante qui reste tout de même capable de faire sa photosynthèse et de continuer à vivre sans aucun problème. Toutefois, ces plantes seront rendues fertiles par l’entreprise qui préfère éviter leur propagation et veut laisser le choix aux municipalités sur les endroits où placer leurs confections.

Un cercle vertueux pour les espaces urbains

Si ce procédé de la bioluminescence est appliqué à des espèces végétales, c’est un cercle vertueux qui s’active et qui ne présente que des avantages.

  • Une solution de lutte contre la pollution lumineuse. La lumière produite par ces plantes est douce et naturelle. Par conséquent, elle permettrait de lutter contre les effets néfastes de ce type de pollution sur la santé des citoyens : stress, troubles du sommeil, etc.
  • Un modèle durable. Les plantes bioluminescentes vont pouvoir vivre longtemps tout en peuplant l’espace urbain et en fournissant tous les avantages des espaces verts : contribution à la pollution de l’air, captation du CO2, réduction des températures en été, etc. « Pour leur fin de vie, ces plantes pourront être utilisées comme compost pour le développement de nouvelles plantes » explique le site de l’entreprise qui promeut l’aspect durable de son invention.
  • Un potentiel économique important. L’installation de plantes bioluminescentes pourrait permettre aux collectivités de faire de larges économies. En France, selon la FNCCR (Fédération nationale des collectivités concédantes et régies), le coût total de l’éclairage public serait de 2 milliards d’euros par an.

Un financement participatif pour recruter de nouveaux talents

Pour mener à bien ce projet, Woodlight avait décidé de se lancer dans un financement participatif en novembre 2022. Avec un montant minimal de 10 €, les particuliers et les entreprises avaient la possibilité d’investir dans ce projet et d’aider à sa concrétisation. Le 31 janvier 2023, ce financement prenait fin avec près de 311 contributeurs et 200 % de l’objectif atteint.

Ce financement, réalisé via la plateforme Kriptown, a permis à l’entreprise d’obtenir des fonds suffisants pour prévoir une commercialisation d'ici à 2024. De surcroît, la start-up va désormais pouvoir recruter de nouveaux talents dans le domaine de la biologie ainsi que dans la recherche et développement dans le but de parfaire son innovation.

La bioluminescence : une invention très prisée

Depuis quelques années déjà, la bioluminescence est sur toutes les lèvres. Et pour cause, il s’agirait d’une solution de taille en réponse aux enjeux environnementaux actuels. Mais, l’environnement n’est pas la seule raison de l’attractivité de cette innovation.

En effet, cette nouvelle source de lumière serait aussi une réponse à certains défis sociétaux actuels. De nos jours, les municipalités choisissent l’extinction des lampadaires pour réduire la consommation électrique. Cependant, le manque de luminosité est un problème pour les usagers de la route, mais aussi pour les passants.

Grâce à ces plantes luminescentes, Woodlight a été nominée au grand prix « Marque Engagée » qui récompense les entreprises qui se distinguent par leurs innovations durables.

Avec sa création, l’entreprise propose une véritable alternative à l’éclairage public classique. Un nouveau modèle qui pourrait rapidement être installé dans certaines grandes villes.

WOODLIGHT

Recherche-développement en biotechnologie

Voir l'entreprise

Sommaire

  • La bioluminescence : un procédé naturel pour réinventer l’éclairage public
  • Qu’est-ce que la bioluminescence ?
  • Un cercle vertueux pour les espaces urbains
  • Un financement participatif pour recruter de nouveaux talents
  • La bioluminescence : une invention très prisée