4 minutes de lecture

La startup française du nucléaire Jimmy lève 15M€

Publié le

Une nouvelle levée de fonds de 15M€ pour l’EnerTech Jimmy

Mathilde Grivet et Antoine Guyot, cofondateurs de Jimmy. Crédit : Jimmy. Source : EnvironnementMagazine.fr.

Créé en 2021, Jimmy conçoit et exploite des micro-réacteurs nucléaires qui fourniront de la chaleur décarbonée à bas prix aux sites industriels.

Les fondateurs Antoine Guyot et Mathilde Grivet sont partis d’un constat : la consommation de chaleur du secteur industriel est particulièrement polluante car majoritairement issue des énergies fossiles. Leur concept repose sur la fission nucléaire – une technologie déjà éprouvée – pour remplacer les brûleurs fossiles par des micro-réacteurs nucléaires fonctionnant à l’uranium.

Une technologie décarbonée qui participe au renouveau du nucléaire français

Les micro-réacteurs de Jimmy n’émettent pas de CO2 et se branchent directement aux installations industrielles existantes. Le tout à un prix compétitif qui permettra aux entreprises de réduire leur empreinte carbone. Avec cette levée de fonds de 15M€, la startup entend finaliser la conception de sa solution et lancer son industrialisation.

« L’avancement de notre projet nous conforte dans l’idée que nous répondons à un besoin important pour les industriels et nous sommes fiers de participer à la vague du renouveau du nucléaire en France. Dès 2026, nous voulons être le premier petit réacteur nucléaire mis en service en France afin de fournir de la chaleur décarbonée à l’industrie, et participer ainsi, très concrètement, à la lutte contre la crise climatique. La levée de ce jour va nous permettre d’accélérer et de concrétiser notre vision, celle d’une industrie décarbonée et compétitive en France. », commente Antoine Guyot, cofondateur et CEO de Jimmy dans le communiqué de presse de l’entreprise.

Une levée de fonds pour une mise en service en 2026

Jimmy avait déjà récolté 2,2 M€ en février 2022 pour avancer sur le design de sa chaudière nucléaire. Ce nouveau tour de table de 15M€ a été réalisé auprès de ses partenaires EREN Industries, Noria, Otium Capital, Polytechnique Ventures et complété par de nouveaux entrants.

Parallèlement, la startup labellisée FrenchTech Green20 poursuit sa candidature pour l’appel à projets France 2030 lancé par le gouvernement. La levée de fonds doit également permettre de recruter davantage de profils techniques pour finaliser la conception.

“L'idée de la jeune entreprise tricolore tombe à pic, au moment où l’Europe doit apprendre à vivre sans gaz russe et veut sortir de sa dépendance aux énergies fossiles pour atteindre la neutralité carbone. Et que le programme France 2030 prévoit une enveloppe de 500 millions d’euros pour le développement de réacteurs nucléaires innovants.” peut-on lire sur L’Usine Nouvelle.

Sommaire

  • Une technologie décarbonée qui participe au renouveau du nucléaire français
  • Une levée de fonds pour une mise en service en 2026