3 minutes de lecture

Le média Brut lève 40M€ pour son quatrième tour de table

Publié le

Brut lève 40M€ et fait entrer deux nouveaux investisseurs au capital

Crédit image : Les Échos (DR)

Lancé en 2016, le média spécialisé dans les vidéos en ligne réalise sa quatrième levée de fonds pour un montant de 40 millions d’euros. Deux nouveaux investisseurs entrent au capital de la société : Rodolphe Saadé, PDG de CMA-CGM, et l’américain MoonPay.

Le média français s’est fait connaître par sa diffusion de vidéos sur les réseaux sociaux, touchant ainsi une audience assez jeune. En 2020, Brut revendiquait déjà plus de 20 milliards de vidéos vues, un chiffre porté en fin d’année par l’interview exclusive accordée par Emmanuel Macron au média. Bilan : 7 millions de vues pour cette seule vidéo.

Le média a-t-il atteint sa rentabilité espérée pour 2022, comme évoqué dans un article du Monde à la fin de l’année ? Les cofondateurs Guillaume Lacroix et Laurent Lucas, Roger Coste et Renaud Le Van Kim, anciens collègues de Canal+, ont à nouveau eu besoin d’investissements en 2023, ce qui semble contredire les ambitions passées. Avec cette levée de fonds de 40 millions d’euros, Brut réalise son quatrième tour de table (10 millions en 2018, 36 millions en 2019 et 63 millions en 2021) et fait entrer au capital deux nouveaux investisseurs : CMA CGM Media - la branche médias de l'armateur marseillais Rodolphe Saadé, qui a récemment acquis le quotidien La Provence - ainsi que MoonPay, une startup américaine de crypto monnaies.

La levée de fonds “de la maturité” pour Brut

Les investisseurs historiques, à savoir Xavier Niel, le milliardaire François-Henri Pinault, via la holding Artémis, ou encore Orange, ont suivi ce nouveau tour de table. "Dans une période où l'accès au financement est limité, nous sommes fiers d'avoir des investisseurs qui croient en la robustesse de notre modèle", évoquait dernièrement Guillaume Lacroix dans un entretien pour Le Figaro.

Alors que l’entreprise rencontrait des difficultés au cours de l’année 2022 - fermeture de son bureau au Mexique, licenciements, abandon de sa plateforme payante BrutX - elle semble désormais prête pour cette maturité annoncée : "Nous avons réagi très vite dès le printemps 2022, à l'arrivée des premiers nuages sur les marchés mondiaux. En prenant les mesures qu'il fallait pour réduire les coûts et prendre le chemin de la rentabilité", poursuit Guillaume Lacroix. Le cofondateur anticipe une rentabilité atteinte en 2023, notamment grâce au brand content, jugeant son public trop opposé au modèle reposant sur la publicité.

BRUT

Production de films et de programmes pour la télévision

Voir l'entreprise

Sommaire

  • La levée de fonds “de la maturité” pour Brut