4 minutes de lecture

ArcelorMittal va bénéficier de 850 M€ d'aides de la France pour décarboner ses usines d’acier

Publié le

850 M€ d'aides françaises pour décarboner l'usine d'ArcelorMittal

Source image : Risk & Compliance Platform Europe.

Après de nombreux mois de négociation, la Commission européenne vient d’autoriser une aide française de 850 millions d'euros pour aider ArcelorMittal France à décarboner partiellement sa production d'acier. Une mesure qui intervient dans le cadre du pacte vert pour l’Europe et la fin de la dépendance aux combustibles fossiles russes.

Le groupe ArcelorMittal est le numéro un mondial de l'exploitation sidérurgique et minière, présent dans plus de 60 pays. C’est aussi le premier fournisseur d'acier en France pour l'automobile, le bâtiment, l'énergie et l'emballage.

Décarboner l’usine sidérurgique de Dunkerque

L’aide financière soutient la construction d'une usine de réduction directe (DRP) et de deux fours à arc électrique (EAF) pour remplacer les installations existantes. La nouvelle installation, combinant DRP/EAF, est destinée à remplacer les trois hauts fourneaux existants et les trois convertisseurs à oxygène, marquant ainsi une avancée significative vers une aciérie plus respectueuse de l'environnement.

Actuellement, la production d'acier dépend en grande partie du gaz naturel, combustible fossile émetteur de gaz à effet de serre. Cette initiative doit permettre d’éliminer progressivement le gaz naturel des processus de production d'acier, de le remplacer par des technologies vertes comme l'hydrogène, le biogaz ou l'électricité renouvelable ou à faible empreinte carbone.

Dans le cadre de ce régime d'aide, une subvention directe sera versée en quatre tranches sur la période de construction de l'installation DRP/EAF, prévue entre 2023 et 2026. Cette installation combinée devrait commencer ses activités en 2026, produisant 4 millions de tonnes d'acier coulé bas-carbone annuellement. Une fois terminé, le projet permettrait d'éviter l'émission d'environ 70 millions de tonnes de dioxyde de carbone sur 15 ans. ArcelorMittal s'est également engagée à partager son expérience et son savoir-faire technique acquis avec l'industrie et le monde universitaire.

Une aide soumise à l’approbation de la Commission européenne

La Commission européenne a évalué l'aide de 850 millions d’euros accordée par la France à ArcelorMittal selon les règles de l'UE sur les aides d'État. Le projet d'ArcelorMittal vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur sidérurgique grâce à l'utilisation de l'hydrogène, une mesure conforme aux lignes directrices sur les aides d'État liées au climat, à la protection de l'environnement et à l'énergie. La fin de l’utilisation du gaz naturel entre également dans le cadre de l’indépendance vis-à-vis des combustibles fossiles russes.

“La mesure a un potentiel de réduction des émissions de CO2 d’au moins 4,4 millions de tonnes par an. Elle illustre comment nos règles en matière d’aides d’État permettent aux États membres d’aider nos secteurs à forte intensité énergétique à atteindre les objectifs climatiques ambitieux de l’UE. Et cela tout en garantissant des conditions de concurrence équitables”, commente Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence, dans un communiqué de la Commission européenne.

ARCELORMITTAL FRANCE

Sidérurgie

Voir l'entreprise

Sommaire

  • Décarboner l’usine sidérurgique de Dunkerque
  • Une aide soumise à l’approbation de la Commission européenne