5 minutes de lecture

Aqemia lève 30 millions d’euros pour développer ses propres médicaments

Publié le

La MedTech Aqemia lève 30 millions d’euros

Crédit Image : Aqemia

La jeune pépite Tech Aqemia s’est lancée en 2019 dans la recherche de médicaments. Elle vient de lever 30 millions d’euros, deux ans après son partenariat avec Sanofi pour trouver un antiviral contre le Covid-19.

Aqemia, spin-off de l'Ecole normale supérieure (ENS) fondée en 2019 par Maximilien Levesque et Emmanuelle Martiano, développe une technologie d’intelligence artificielle capable de prédire l'affinité entre des médicaments candidats et les cibles thérapeutiques responsables des maladies.

30 millions levés d’euros en Série A

Le tour de table a été mené par Eurazeo et Large Venture (Bpifrance) avec la participation de son investisseur historique Elaia. Ce financement soutiendra la mission principale d'Aqemia : accélérer la découverte de médicaments sur de multiples projets menés simultanément, grâce à une technologie de pointe combinant la physique quantique et l’intelligence artificielle.

« Nous sommes ravis d’accueillir Eurazeo et Bpifrance, via son fonds Large Venture, dans l’aventure Aqemia – deux investisseurs reconnus pour leur capacité à accompagner des startups deeptech dans leur forte croissance. Ravis également de l’intérêt renouvelé de notre investisseur historique Elaia, qui a très tôt crû dans la technologie d’Agemia », a déclaré Maximilien Levesque, cofondateur et CEO d’Aqemia, dans le communiqué de presse diffusé par BPI France.

Aqemia prévoit d’améliorer sa plateforme de recherche de médicaments et de développer des projets de recherche en propre, notamment en oncologie et hémato-oncologie.

12 années de recherche et déjà des partenariats avec de grands groupes pharmaceutiques

La technologie d’Aqemia sur une plateforme de découverte de médicaments à l’échelle s’appuyant sur une technologie unique combinant physique théorique et IA.

La mission de cette pépite Tech :  désigner rapidement des candidats médicaments innovants pour des dizaines de maladies. Leur différenciation réside dans des algorithmes uniques de physique théorique issus de 12 années de recherche fondamentale qui guident l’intelligence artificielle générative vers les molécules candidates médicaments les plus prometteuses. “La vitesse et la précision inédites de notre plateforme technologique nous permettent de lancer en parallèle des dizaines de projets de recherche de médicaments et contribuer à l’accélération de la recherche pharmaceutique sur les maladies clés d’aujourd’hui et de demain.” précise le site d’Aqemia.

La startup avait déjà signé un partenariat avec Sanofi en décembre 2020 pour trouver un traitement efficace contre le SARS-CoV-2, mais aussi avec Servier et Janssen, l’une des plus grosses sociétés pharmaceutiques au monde.

AQEMIA

Édition de logiciels applicatifs

Voir l'entreprise

Sommaire

  • 30 millions levés d’euros en Série A
  • 12 années de recherche et déjà des partenariats avec de grands groupes pharmaceutiques