3 minutes de lecture

Stellantis investit 60 millions d’euros dans son usine de boîtes de vitesses à Metz

Publié le

Stellantis met le turbo sur l'hybride à Metz avec 60 M€ investis

Crédit photo : Stellantis

Stellantis, le géant de l'automobile, investit 60 millions d'euros dans son usine de Metz pour fabriquer des composants de boîtes de vitesses électrifiées, renforçant ainsi sa position dans la mobilité électrique. Cette initiative créera de nouveaux emplois et soutiendra la transition vers des véhicules plus écologiques.

Stellantis, le géant de l'industrie automobile français, continue de marquer son empreinte dans le secteur de la mobilité électrique. La société, née de la fusion entre PSA Group et Fiat Chrysler Automobiles, est l'un des leaders mondiaux de la fabrication de voitures et de composants automobiles.

À Metz, en Moselle, Stellantis vient de dévoiler un investissement massif de 60 millions d'euros dans son usine d'assemblage de boîtes de vitesses. Cette annonce inattendue renforce la position de l'entreprise dans la transition vers la mobilité électrique.

Nouvelles perspectives pour l'usine de Metz

Le 1er décembre, Stellantis a présenté son plan aux représentants des 800 employés de l'usine de Metz. L'objectif principal de cet investissement est de créer cinq nouvelles lignes de production, destinées à la fabrication de composants mécaniques essentiels pour les nouvelles boîtes de vitesses électrifiées. Ces composants comprennent des embrayages, des différentiels et des modules hydrauliques, des éléments clés pour la performance des véhicules électriques.

Le lancement de cette nouvelle activité est prévu pour l'automne 2024 et il devrait entraîner le transfert d'environ 80 salariés actuellement en poste sur les lignes de production de boîtes de vitesses mécaniques traditionnelles.

Alimenter la co-entreprise avec Punch Powertrain

Ces composants mécaniques fabriqués à Metz seront destinés à alimenter la co-entreprise E-transmissions, créée par Stellantis en partenariat avec Punch Powertrain, une filiale du groupe chinois Yinyi. La co-entreprise a déjà entamé la production en série d'une boîte de transmission électrifiée appelée "e-DCT" sur le site de Metz. Cette boîte de vitesses électrifiée est conçue pour l'hybridation légère et est couplée à un moteur essence, offrant ainsi une réduction significative de la consommation de carburant, un élément qui pourrait devenir un standard dans l'industrie automobile d'ici 2025, selon les prévisions de Stellantis.

Actuellement, les composants mécaniques nécessaires à la production de ces boîtes de vitesses électrifiées sont importés depuis le site Stellantis de Saint-Truden, en Belgique. L'intégration de leur fabrication à Metz permettra de répondre à la demande croissante, avec une production visant à terme les 600 000 boîtes de transmission électrifiées par an.

Les implications pour les salariés

Les représentants des employés de Stellantis se réjouissent de cette annonce, considérée comme une garantie de pérennité de l'emploi. Avec la transition vers les véhicules électriques, la production de boîtes de vitesses mécaniques classiques est en déclin. Cependant, cette nouvelle initiative ouvre des opportunités de reconversion pour une partie des salariés de Metz, qui pourront rejoindre la co-entreprise E-transmissions. À l'heure actuelle, cette co-entreprise emploie 150 salariés permanents et 250 intérimaires. La mise en service des nouvelles lignes de production de composants mécaniques permettra aux employés de Stellantis de démontrer leur expertise, créant ainsi l'espoir d'une expansion de l'activité et, par conséquent, la création de nouveaux emplois.

Cette annonce illustre l'engagement continu de Stellantis envers l'innovation et la transition vers une mobilité plus durable, tout en préservant l'emploi au cœur de la région de Metz.

STELLANTIS N V

Activités des sièges sociaux

Voir l'entreprise

Sommaire

  • Nouvelles perspectives pour l'usine de Metz
  • Alimenter la co-entreprise avec Punch Powertrain
  • Les implications pour les salariés