3 minutes de lecture

Hyperline : 4 millions d’euros levés pour son logiciel de facturation

Publié le

Hyperline boucle une levée de fonds de 4 millions d'euros

Crédit photo : Hyperline

Créée en septembre 2022 par Lucas Bédout, Hyperline a conçu un logiciel de facturation pensé spécifiquement pour les entreprises B2B SaaS. Pour accélérer son développement, lancer sa solution sur le marché et se déployer à l’international, la startup vient de lever 4 millions d’euros.

Faciliter la facturation des entreprises SaaS

Les entreprises qui commercialisent des logiciels et des outils SaaS (Software as a service) proposent généralement plusieurs options tarifaires : formules au mois ou à l’année, avec ou sans options… Elles doivent donc éditer des factures de manière récurrente, à une fréquence et pour un montant qui correspondent aux abonnements de leurs clients. Pour leur faire gagner en temps et en efficacité, Hyperline a conçu un outil qui automatise le processus tout en garantissant un service fiable et de qualité. Flexible et simple à utiliser, il est actuellement disponible en version bêta. Pour le lancer véritablement sur le marché, la jeune pousse vient de boucler son premier tour de table, de 4 millions d’euros.

Les États-Unis dans le viseur d’Hyperline

Plusieurs investisseurs ont pris part à cette levée de fonds : Index Ventures, Cocoa, Klima Ventures, mais aussi des business angels comme Steve Anavi, cofondateur de Qonto, Rodolphe Ardant, fondateur de Spendesk, ainsi que Thibaud Elzière, Nico Rosberg et Quentin Nickmans, cofondateurs de Hexa. L’opération va aussi permettre à l’entreprise française de poursuivre son expansion à l’international. “Nous avons déjà mis un pied en Angleterre, au Sénégal ou à Dubaï et nous savons que nous n’avons pas de problème d’internationalisation. Pour une banque, il faut tout recréer à l’étranger. Mais pour la facturation, tous les pays fonctionnent à peu près pareil, il est donc facile de se déployer ailleurs”, a précisé Lucas Bédout, fondateur de l’entreprise, au site Maddyness.

Les États-Unis représentent d’ailleurs un “marché énorme” au sein duquel la jeune pousse n’aurait “pas de concurrent”. Le but, pour Hyperline, est donc de s’y implanter rapidement. La société envisage également des partenariats avec d’autres acteurs de la fintech pour intégrer des solutions complémentaires à sa plateforme. “L’idée est que Hyperline devienne le centre de tous les flux financiers d’une entreprise”, a résumé le dirigeant.

Sommaire

  • Faciliter la facturation des entreprises SaaS
  • Les États-Unis dans le viseur d’Hyperline